Articles Liés

La Colombie : Un patrimoine historique et naturel exceptionnel 

Faire du tourisme en Colombie, c’est découvrir des paysages hors du commun. Pics enneigés, montagnes andines, vallées verdoyantes, déserts, plages paradisiaques, jungles tropicales… La Colombie recèle d’une grande diversité de paysages époustouflants, avec la plus grande biodiversité au monde, après le Brésil. La colombie est aussi riche de son histoire, de son patrimoine culturel de l’époque coloniale. Une architecture intacte et colorée qui vous transportera dans le passé. La Colombie, c’est par ailleurs un pays fragile, un pays qui a connu la guerre, qui connait la déforestation, la traite illégale d’animaux sauvage, le fracking… Pour protéger ce beau patrimoine naturel et culturel, l’UNESCO a classés 9 lieux à sa liste. Voici les différents sites colombiens classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

1. Port, forteresses et ensemble monumental de Carthagène 

Fondée en 1533 par Pedro de Heredia, Carthagène est une ville trésor de l’époque coloniale. Son centre historique a été classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1984. Elle est entourée d’une grande muraille qui la protégeait des invasions pirates. Son architecture, ses magnifiques maisons coloniales et ses rues pittoresques embaumées par des senteurs de fruits tropicaux et une délicieuse brise marine font le charme unique de cette illustre cité, considérée comme la plus belle ville coloniale d’Amérique du Sud. Les douces nuits de Carthagène, illuminées de couleurs qui contrastent avec son histoire coloniale, en font la destination idéale pour les adeptes du romantisme.

Centre d’échanges économiques et culturels,  la ville arbore magnifiquement son passé colonial, avec les riches maisons et édifices construits au fil des siècles par les grands propriétaires terriens. Ville incontournable de Colombie, Carthagène des Indes est sans conteste la plus belle porte d’entrée vers les Caraïbes et ses trésors culturels. Pour plus d’informations, visitez les articles suivants :

By Aventure Colombia

2. Parc national de Los Katíos 

Le Parc National de Los Katios se trouve non loin de la frontière avec le Panama, au Nord Ouest de la Colombie. Il a été classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 1994. Ce superbe parc, aux collines basses, plaines et forêts tropicales, s’étend sur plus de 72.000 hectares. C’est le refuge de nombreuses espèces menacées et de nombreuses plantes endémiques, où l’on retrouve par ailleurs de nombreux écosystèmes, des marais aux forêts d’inondation. Jusqu’en 2015, ce site naturel a été classé comme en péril par l’UNESCO, dû à la déforestation mais aussi à la chasse et la pêche illégale. C’était par ailleurs une zone où sévissait le conflit armé. A présent, le site est bien mieux protéger contre toutes ces attaques, et il fut retiré de la liste des sites en périls. 

3. Centre historique de Santa Cruz de Mompox

Le centre historique de la ville de Mompox a été classé au patrimoine culturel et religieux de l’UNESCO en 1995. Santa Cruz de Mompox se situe dans les terres de la Côte Caraïbes, surnommée “la savane des caraïbes”. Fondée en 1537 par Don Alfonso de Heredia, sur les rives du fleuve Magdalena, son architecture coloniale est restée intacte, entourée de superbes paysages de marécages. Ville religieuse par excellence, Mompox est LA ville avec Popayan où vous devez aller pour voir les superbes processions de la semaine sainte. Mompox, c’est le symbole de tout l’imaginaire qui entoure les œuvres de Garcia Marquez, et tout particulièrement son oeuvre Macondo. C’est d’ailleurs Gabriel Garcia Marquez qui disait “Mompox n’existe pas, parfois nous rêvons d’elle, mais elle n’existe pas.” C’est ici d’ailleurs qu’est née Toto la Momposina, grande chanteuse colombienne. Par ailleurs, l’orfèvrerie est une source de revenue importante pour la ville, avec la pêche et le tourisme, qui n’est cependant pas très développé, ce qui fait de Mompós une destination authentique et hors des sentiers battus.

mompox bolivar colombia © Tristan Quevilly
Mompox Bolivar Colombie © TristanQuevilly

4. Parc archéologique de San Agustín

San Agustin a été classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1995. C’est un village traditionnel très accueillant situé au cœur de la grande cordillère des Andes au sud de la Colombie. On y découvre la plus grande zone archéologique du pays avec ses gigantesques et imposantes statues de pierres, ses reliefs, ses tumulus funéraires, ses chemins pavés et terrasses, vestiges uniques d’une mystérieuse civilisation disparue bien avant l’arrivée des Espagnols. Le peu de chose que l’on connaît de ces peuples c’est qu’ils n’avaient pas de langage écrit et qu’ils sont passés maître dans la sculpture grâces aux roches volcaniques de la région qu’ils ont transformé en plus de 500 statues grandeur nature éparpillées sur les collines de San Agustín. C’est un site exceptionnel qui vaut le voyage. Pour plus d’informations, visitez San Agustín : Guide de voyage

san agustin huila colombia © Tristan Quevilly
San Agustín Huila Colombie ©TristanQuevilly

5. Parc archéologique national de Tierradentro

À 5h plus au Nord de San Agustín, se trouve le site archéologique de Tierradentro, classé patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1995, où les Indiens Paeces ont creusé des tombes ancestrales, profondes et complexes, décorées avec des figures géométriques peintes en blanc, rouge et noir. Ce peuple reste lié à sa “terre de l’intérieur”, nommé ainsi par les conquistadors qui eurent de grandes difficulté à pénétrer cette zone où montagnes et canyons se rencontrent. Ce relief accidenté a permit au Paeces d’y mener une résistance farouche, et d’assurer la survie de leur culture grâce à leurs descendants qui arpentent toujours les sentiers millénaires de Tierradentro. Plusieurs sites d’intérêts sont à visiter à Tierradentro, pour un voyage dans le passé précolombien de Colombie. Par exemple, le panorama de El Aguacate, la municipalité de San Andrés de Pisimbalá, les sites Alto San Andres et Alto de Segovia… Pour plus d’informations, visitez Tierradentro.

cauca tierradentro colombia archéologie Excursion Pyramide Tierradentro Tierradentro©anonimo USO LIBRE 9
Tierradentro ©anonimo

6. Sanctuaire de faune et de flore de Malpelo 

Le Sanctuaire de faune et de flore de l’île Malpelo est un parc marin, classé au Patrimoine mondiale de l’UNESCO en 2006. Situé à 490 km au large de Buenaventura, c’est l’un des meilleurs spots au monde pour pratiquer la plongée sous marine, à la rencontre des requins marteaux et autres espèces de requins et sous marines impressionnantes. Dans les eaux de Malpelo, découvrez chauves souris de mer, aigles de mer, raies mantas, léopard, morue vertes, dauphins, tortues et beaucoup d’autres. Au coeur de l’Océan PAcifique, cette île totalement préservée vaut le voyage! Comptez 8 jours pour un séjour sur l’île Malpelo.

7. Paysage culturel du café de la Colombie 

La région du café, également appelé “Eje Cafetero”, est niché entre les montagnes de la cordillère centrale des Andes. Ses paysage ont été classé patrimoine mondial UNESCO en 2011. L’arôme du café, le rouge des Yipaos (Jeeps), le transport en Chivas, la gentillesse innée et l’hospitalité de son peuple, les haciendas et villages colorés avec leur artisanat typique reflètent toutes les saveurs de la Colombie.

C’est au 18ème siècle, des suite de la baisse de l’extraction d’or dans le département d’Antioquia que commença la colonisation du triangle du café par les antioqueños. Les forêts de bambous ont été rapidement transformées en plantations de café qui poussent dans des conditions idéales. Ce sont les petits producteurs qui ont aidé à la croissance économique de la région, faisant de la Colombie le troisième exportateur mondial de café (après le Brésil et le Viêtnam), son arabica est d’ailleurs considéré comme le meilleur du monde.

Le paysage de la région du café est très riche en diversité. On y découvre, avec l’influence du Pacifique, une végétation variée et luxuriante dans une forêt tropicale humide de montagne où les fleurs colorées, notamment diverses espèces d’orchidées, attirent une importante variété de colibris et autres oiseaux. La région possède des sources d’eaux thermales en pleine montagne, les páramos, paysages uniques de la cordillère des Andes, et des vallons plantés d’immenses palmiers de cire, arbre national et emblème de la région, sans oublier les nombreuses plantations de café qui parcourent les montagnes de la région et font tout le charme et la beauté de cet endroit. Pour plus d’informations, visitez Salento et la vallée de Cocora : Guide de voyage.

Vallée de Cocora ©MathieuPerrotBorhinger

8. Qhapaq Ñan, réseau de routes andin

Qhapaq Ñan, aussi appelé Chemin Inca, a été classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO en 2014. Son nom signifie “chemin royal” en langue Quechua. Ce superbe chemin à travers les montagnes andines d’Amérique du Sud commence par la ville de San Juan de Pasto, au sud de la Colombie, et termine à Santiago du Chili, en passant par la ville de Cusco, au Pérou. Ce chemin fut créé par les incas comme principal axe stratégique au niveau politique et économique. Avec ses routes secondaires, Qhapaq Ñan représente plus de 23.000 km de voies, de routes, et de chemin. Sa route principale entre Pasto et Santiago s’étend sur 6.000km. Pour plus d’informations, visitez San Juan de Pasto : Guide de voyage.

popayan cauca colombia © Tristan Quevilly
Cauca Colombie ©TristanQuevilly

9. Parc national de Chiribiquete – “La Maloca du jaguar” 

Le Parc National Chiribiquete à été classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2018. C’est le plus grand site protégé de Colombie, au nord-ouest de l’Amazonie, car il s’étend sur 2.7 millions d’hectares. C’est par ailleurs le parc qui abrite la plus grande biodiversité au monde, refuge du Jaguar notamment. C’est aussi un parc qui abrite de nombreuses reliques préhistoriques, et précolombienne. Terre de Tepuys (montagnes tabulaires), on y trouve plus de 75.000 peintures rupestre, de plus de 20.000 ans avant J-C. Ses peintures ont été découverte dans plus de 60 abris qui borde les roches et plateaux de grès. C’est une terre sacrée pour les communautés indigènes de la région. Cette décision de l’UNESCO permettra de diminuer la déforestation dans la région et de protéger le Jaguar d’Amazonie, une espèce très menacée par cette tragédie.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *