Sierra Nevada du Cocuy Colombie : que voir, que faire, comment y aller… Pour plus d’infos, contactez dès maintenant notre équipe de spécialistes ([email protected])

Sierra Nevada del Cocuy en quelques mots

Faire une randonnée dans la Sierra Nevada del Cocuy c’est pénétrer l’esprit et le coeur des Andes colombiennes. Sommets de silence, glaciers et neiges éternelles, lacs en altitude aux multiples couleurs et surprenante végétation… Dans la beauté sauvage de ces territoires éloignés vivent encore quelques montagnards et agriculteurs : des gens humbles, simples et travailleurs.

Le parc national du Cocuy s’étend sur une superficie d’environ 306 000 ha avec des altitudes moyennes de plus de 4.000 m et des sommets enneigés allant jusqu’à 5350 m. Il compte 20 sommets aux neiges éternelles, de hautes falaises et des lacs en altitude. Grâce à son climat et sa topographie, la Sierra Nevada del Cocuy possède une grande biodiversité (la Colombie est le 2ème pays au monde avec le plus de biodiversité) avec un écosystème du « Páramo », une végétation composée de mousse qui regorgent d’une grande quantité d’eau.

On retrouve cet écosystème dans seulement 4 pays dans le monde : l’Equateur, le Pérou, le Venezuela et le Kenya, surtout sur la ligne au milieu de l’équateur.
Cette région est particulièrement connue pour ses « Frailejones » qui sont des plantes à grandes feuilles duveteuses, avec des fleurs.

On retrouve dans le parc des ours à lunette, des pumas, des cerfs de Virginie, le célèbre condor des Andes, mais aussi le Conure à poitrine brune, oiseau endémique de  Colombie et le stenocercus lache, un lézard coloré endémique qui peut vivre jusqu’à 4000m d’altitude.

Histoire de la Sierra Nevada del Cocuy

Le Parc National d’El Cocuy a été créé en 1977, il est le 5ème plus grand de Colombie et s’étend même jusque dans les Llanos. Avant l’arrivée des espagnols, la région a été colonisée par une tribu indigène connue sous le nom d’U’wa. Ces groupes autochtones étaient les maîtres du terrain, et selon l’altitude, étaient en mesure de cultiver différentes cultures dont le maïs, les pommes de terre, la coca, et les haricots.

Sa situation géographique stratégique permettait l’échange entre les Llanos et les Andes, notamment pour le bétail. Les villages de Cocuy et Güicán ont vu le jour entre 1754 et 1822. Ils ont été fortement politisés entre les conservateurs et les libéraux. C’est ici qu’a eu lieux le deuxième plus important suicide collectif à l’époque coloniale. Les peuples indigènes se jetaient de la « Pierre du sacrifice » pour échapper à l’esclavage par les troupes coloniales espagnoles.

A lire également