Sierra Nevada de Santa Marta, La Guajira et le Parc Tayrona


Destinations correspondantes à cette zone...
Voir toutes les destinations

Au nord de la Colombie, dans les départements du Magdalena, de La Guajira et du Cesar, se trouve la majestueuse chaîne de montagnes de la Sierra Nevada de Santa Marta aux pics enneigés, les plus hautes montagnes côtière du monde. 22 km seulement séparent ces sommets de la mer des Caraïbes. Le plus haut sommet est le pic Colon, qui s’élève à 5775 mètres. La Sierra abrite le Parc Archéologique Teyuna (la Cité Perdue), berceau des indiens Tayronas, la plus importante civilisation indigène du pays. Environ trente mille indigènes descendants des Tayronas, appartenant aux quatre ethnies Kogi, Arhuaco, Kankuamo et Wiwa ainsi que les « frères aînés », y vivent encore. L’UNESCO a déclaré la Sierra Nevada, réserve de la Biosphère et Patrimoine de l’Humanité en 1979. De nombreux travaux de récupération, de recherche et de conservation ont lieu dans le Parc. L’activité touristique majeure y est la randonnée, le long de différents sentiers historiques et culturels. La faune présente dans le parc est extrêmement riche, on y trouve le jaguar, le tapir, le cerf du paramo, le condor, le paujil, le perroquet de montagne et bien d’autres encore. Les paysages de cette région sont enchanteurs : forêt tropicale, montagnes, sommets enneigés, cultures de café et de fleurs exotiques, piscines naturelles, cascades… La richesse de cette région est aussi sa population, peuples indigènes qui l’habitent depuis des siècles, possédant une culture ancestrale, mystique. La culture du café et du cacao est aussi très présente dans la région.

HISTOIRE DE LA SIERRA NEVADA
La Sierra est actuellement habitée par des groupes d’indigènes Koguis et Ljka plus connus sous le nom des Arhuacos, qui conservent leur mythologie et leurs traditions anciennes. La communauté indigène Koguis est un groupe éthique amérindien qui vit au nord de la Sierra Nevada de Santa Marta dans les vallées des fleuves Don Diego, Palomino, San Miguel et Ancho. Ce peuple s’organise en petits villages, sous l’autorité d’un «mamo» personnage central de la culture Koguis qui incarne et fait appliquer les lois sacrés. Leur façon de vivre est restée la même depuis des décennies. Les Koguis tirent la majorité de leurs ressources de l’agriculture. En effet, leur style de vie s’inspire de leur croyance en la «Gran Madre », ou force de la nature. Selon eux la terre est une matière vivante qui doit être respectée. Ils ont pour mission de maintenir l’équilibre et l’harmonie entre l’homme et la nature. Parmi les traditions ancestrales, on peut remarquer l’activité des « mamos » et le rite de la coca.

La Guajira offre un tout autre spectacle. Terre désertique ornée de roches et baignée par la mer des Caraïbes, la Guajira est d’une richesse incomparable en images et en couleurs. On y trouve un paysage de grande densité, varié et très coloré. C’est une destination magique ou vous serez témoin des plus anciennes coutumes colombiennes et pourrez partager les mystères de la vie des communautés indiennes Wayúus, le principal peuple indigène colombien. 

A Punta Soldado, Punta Aguja et L’Ile, préparez-vous à vivre une expérience unique et rêvée au contact avec l’essence de la nature. L’exubérante végétation et la biodiversité de la Macuira forment un incroyable oasis en plein désert de La Guajira. Ce véritable paradis est le lieu le plus mythique et sacré des indigènes Wayúus.

Des pirates anglais aux chasseurs de perles espagnols, tout le monde a essayé de conquérir la péninsule de la Guajira. Dans les années 1970 une forte immigration en provenance du Moyen Orient est arrivée, ce qui a contribué à la richesse démographique de la région. Dans le territoire de la Guajira il y a trois parcs nationaux, cinq peuples indigènes et une grande communauté arabe. La Guajira est également le berceau du Vallenato. De nombreux compositeurs et chanteurs y sont nés.

HISTOIRE DE LA GUAJIRA: 
Les Wayúus: Avant l’arrivée des espagnols, le nord (Alta) de la Guajira était habité par les Wayúus, la plus grande communauté indigène du pays soit 250 000 individus répartis entre la Colombie et le Venezuela. Dans la partie supérieure de la Guajira, les groupes Wayúus vivaient de la chasse, de la cueillette et de la pêche. Ils avaient leur propre langue et leurs propres coutumes. C’était une société matriarcale où la femme a un rôle clé dans cette société Wayúus et les enfants portent le nom de leur mère. En 1498, un compagnon de Christophe Colomb, Alfonso de Ojeda, fut le premier espagnol à mettre les pieds sur la péninsule de la Guajira. Les Wayúus ont toujours montré une forte résistance à l’envahisseur. Cette opposition a fait que la partie nord fut de plus en plus abandonnée par les espagnols qui se sont focalisés sur le sud, plus riche. En effet, les Wayúus sont un peuple guerrier qui ne s’est jamais soumis aux envahisseurs. Ils ont beaucoup travaillé et commercé avec les Anglais, les Hollandais et les Français avec lesquels ils échangeaient armes et whisky contre des perles et des moutons. Aujourd’hui, les Wayúus ont hérité d’une culture dans laquelle la contrebande tient une place importante, découlant de leur passé.

Photos correspondantes à cette zone...

Découvrez les autres photos liées...
Voir plus de photos
Circuits correspondantes à cette zone...
Voir tous les circuits