[ANATO 2017] Quelles orientations pour le tourisme en Colombie ?



La Ministre du Commerce, du Tourisme et de l’Industrie, Madame María Claudia Lacouture, s’est exprimée lors de la 36ème édition de la vitrine touristique ANATO devant un parterre d’acteurs du secteur touristique, pour livrer les orientations et les axes de travail pour les prochaines années afin de positionner le secteur du tourisme comme moteur de l’économie du pays. L’équipe d’Aventure Colombia était présente et vous raconte.
 

Les chiffres, une belle embellie du tourisme en Colombie

 
L’année 2016 marque un tournant pour la Colombie, avec la réception de plus de 5 millions de touristes étrangers. Le nombre de voyageur a doublé par rapport à l’année 2010, lorsqu’elle en recevait seulement 2,6 millions. Cette croissance est d’autant plus notable qu’elle dépasse la moyenne mondiale de croissance du secteur. Ainsi, l’année passée, les voyageurs entrés sur le territoire colombien a été supérieur à l’objectif du gouvernement qui était d’atteindre les 5,2 millions à l’horizon 2018. Il est aujourd’hui possible de dire, a affirmé la Ministre, que le tourisme est un moteur pour le développement et la croissance des régions. Malgré cette réussite chiffrée, le futur est toujours un défi, non seulement pour améliorer ce chiffre, mais surtout pour proposer des services et une offre à la hauteur des exigences et des attentes des voyageurs.
 

Les axes de travail du ministère en matière touristique

 
L’enjeu du développement du secteur du tourisme pour le ministère se concentre sur trois axes : les infrastructures, la connectivité, la formalisation du secteur.
 

  • Infrastructure : c’est un fait méconnu, mais le gouvernement Santos a investi sur tout le territoire à hauteur de plus 522,705 millions de pesos, soit plus de 158 projets concernés. Un des investissements les plus ambitieux de la région. Les ressources sont néanmoins limitées et pour cette raison l’investissement s’oriente vers les projets déjà engagés afin d’assurer leur finalisation

 

  • Connectivité : le grand défi pour le ministère est d’améliorer la connectivité du pays, que ce soit à l’échelle locale ou internationale. A l’international, la Colombie reçoit des vols directs en provenance de plus 27 pays. Il faut améliorer ce chiffre. Sur le plan national, l'objectif est de créer 6 nouvelles routes d’ici 2018

 

  • Formalisation : Le Ministère a travaillé de manière profonde sur la thématique et va poursuivre ses efforts, car la formalisation est la clé de voûte du secteur. Entre 2010 et 2016, il a été enregistré une hausse de plus 76% de formalisation des acteurs, mais cela n’est pas suffisant. Pour palier au manque d’information dont souffrent les entrepreneurs, le ministère met en place les outils de formation et d’information pour se diriger vers une formalisation totale.

 

Les orientations pour le développement local

 
Le développement des régions est un enjeu majeur du ministère. Ont été sélectionnés 12 couloirs touristiques en Colombie devant permettre le développement uniforme des différents sites d’intérêts du pays. Les couloirs touristiques se développent en 3 phases :

  • la 1ère phase permet de créer un portfolio de services en adéquation avec l’offre
  • la deuxième phase vise à utiliser ce portfolios sur le marché national
  • la 3ème phase, (et phase d’aboutissement) positionne le portfolio sur le marché international.

(voir infographie ci-dessous)
Les régions, les villes, les acteurs s’entraident pour créer plus d’offres et plus d'alternatives aux voyageurs séjournant dans les différentes régions.

Les orientations pour le développement local

 mapa4.gif
Source : (Ministerio de turismo, industria y comercio, s.f.)

Le tourisme post-conflit est également une priorité afin de réintégrer des zones isolées dans les circuits touristiques. Le tourisme est ici un levier de développement. Pour ce faire, il y a les projets pilotes de 4 régions “post-conflit” que sont Urabá, Putumayo, Camino Teyuna, Darién. Le Ministère met en place un accompagnement vers l’intégration de services touristiques. Mais également, le ministère a mis en place le “Bus por la paz” (Bus pour la paix) qui permet de rendre l’information accessible aux villages isolés sur les opportunités dans le secteur du tourisme.
 

Enfin l’orientation vers un tourisme durable est privilégié :
  • que se soit en termes social, c’est-à-dire, de faire en sorte que les retombées économiques bénéficient aux familles locales (augmentation des emplois +234% entre 2010 et 2016) ;
  • mais également en termes environnementaux. Le gouvernement prend en charge, par exemple, les parcs naturels pour préserver et maintenir sur le long termes ces espaces en dehors du marché privé.

 
Pour conclure, le tourisme en Colombie tend à atteindre les standards qualitatifs internationaux en évitant de devenir le pays le plus cher d’Amérique latine, mais en devenant le plus attractif.
 



Ministerio de turismo, industria y comercio. (s.f.). www.mincit.gov.co. Obtenido de http://www.mincit.gov.co/publicaciones/37730/12_corredores_turisticos_seran_el_motor_de_las_regiones
 

 

Fecha de publicacion: 
14 Mars 2017

Par: Aventure Colombia
Agence de voyages colombienne
Pionnière sur la destination et spécialisée sur le tourisme d'aventure, l'écotourisme et le tourisme communautaire.

Logo Aventure
Voudriez-vous commenter cet article?